Vous êtes ici

La recherche numérique au Musée des Beaux-Arts de Rennes : révélation sur une momie de chat

Lors des Journées Européennes du Patrimoine, le Musée des Beaux-Arts de Rennes a présenté, pour la première fois, les travaux de recherche du projet ANR franco-québécois INTROSPECT (IRISA (1) , CREAAH Inrap, Image ET/BCRX) concernant la momie de chat, déposée par le Musée du Louvre en 1923 dans les collections du Musée des Beaux-Arts.

Journéesdupatrimoine.jpg En avril 2017, le Musée des beaux-Arts de Rennes a fait une découverte pour le moins étonnante sur une momie de chat présente dans les collections du Musée des beaux-Arts depuis plusieurs années.
 « C'est une étude effectuée à Manchester, en Angleterre, sur près de 800 momies d’animaux, provenant de l’Égypte ancienne, qui a permis de constater que dans près d'un tiers des cas les momies sont vides », explique Odile Hays, en charge de l’archéologie et de l’Egyptologie au musée des Beaux-Arts de Rennes. Aussi le Musée des beaux-Arts a fait réaliser des radiographies sur la momie. Celles-ci ont révélé que la momie n’était ni vide, ni occupée par la présence d’un chat mais possédait des membres postérieurs et inférieurs d’au moins trois félins (2).

Des études plus poussées ont été menées par le projet INTROSPECT, qui développe des méthodes d’introspection numérique interactive. Ces méthodes combinent la tomodensitométrie avec des technologies de visualisation 3D, telles la Réalité Virtuelle, les interactions tangibles et l’impression 3D. La tomodensitométrie permet un enregistrement systématique des densités des matériaux qui composent les objets archéologiques et une reconstruction en 3D.
Ces travaux de recherche réalisés en collaboration avec une égyptologue spécialisée dans les momies animales, ont permis, grâce à un scanner par tomodensitométrie de la momie, de faire de nouvelles découvertes, avec notamment l’identification d’une pelote de ficelle dans la tête de la momie. Les méthodes et outils développés dans le projet INTROSPECT ont également permis l’impression en 3D de la momie, des ossements de chat, de la pelote de ficelle de la tête. Le Musée des Beaux-Arts de Rennes a dévoilé, pour la première fois au grand public, ces impressions 3D à l’occasion des Journées Européennes du Patrimoine.
Les visiteurs du musée ont donné d’excellents retours à ce support de médiation innovant.

Une publication scientifique sera d’ailleurs présentée sur cette recherche à la conférence Internationale Digital Heritage, en octobre 2018, à San Francisco.

 

(1) Valérie Gouranton (INSA Rennes) et Ronan Gaugne (Université de Rennes 1) membres de l’équipe de recherche Hybrid (IRISA/Inria).
(2) Découvrez l'article sur http://metropole.rennes.fr/actualites/culture-sport-loisirs/culture/une-...