Vous êtes ici

Distinction pour Michel Raynal

Début juillet, lors de la conférence ICDCS qui aura lieu à Vienne du 2 au 5 juillet,
Michel Raynal recevra le prix « Award for Outstanding Technical Achievement in Distributed Computing » décerné par IEEE.

 

MichelRaynal.jpegDans les années 70, Michel Raynal (Université de Rennes 1) obtient un diplôme d’ingénieur. Il effectue ensuite sa thèse au CNRS et part en 1981 à l’ENST de Brest (aujourd’hui Mines télécom Atlantique Bretagne Pays de la Loire), où il crée le département informatique. En 1984, il revient sur Rennes pour occuper un poste de professeur à l’Université de Rennes 1 et crée en 1985 une des toutes premières équipe de recherche en Europe et une des premières équipes dans le monde, dédiée aux algorithmes répartis.

 

Outre son parcours universitaire brillant aux reconnaissances multiples, Michel Raynal a eu de nombreuses reconnaissances nationales et internationales dont celles de membre Senior de l'Institut Universitaire de Franc[1] et membre de Academia Europaea[2]. Il est aussi membre du Conseil d’Administration et du Conseil Scientifique de la SIF[3].  Actuellement professeur émérite à l’Université de Rennes 1, il est aussi titulaire de la chaire « Distributed Algorithms » à Polytechnic University (PolyU)  de Hong Kong. Michel Raynal est l'un des grands spécialistes de l'algorithmique répartie.
Cet « Award for Outstanding Technical Achievement » est une confirmation supplémentaire de sa carrière et de sa contribution significative à l’avancement dans ce domaine.

 

Dès les années 85, les activités de recherche de Michel Raynal ont été centrées sur l’algorithmique répartie. Aujourd’hui le monde est de plus en plus distribué et de plus en plus d’applications le sont également (bases de données, cloud computing, systèmes embarqués, capteurs, …) : les applications sont composées d’entités de calcul qui coopèrent à la réalisation d’un but commun par échanges de messages ou via une mémoire répartie. Chaque entité est donc responsable de son propre fonctionnement mais avec cependant un risque de défaillances qu’il est impossible de négliger.  L’asynchronisme, la localisation, la mobilité, les fautes telles que le crash, la perte de message ou les fautes byzantines, constituent autant d’adversaires dont il faut relever les défis. L’algorithmique répartie (aussi appelée distribuée) est au centre de ces domaines applicatifs, et la connaissance de ses fondements est centrale pour comprendre et maîtriser les applications du futur qui seront distribuées et beaucoup plus complexes que les applications actuelles.
Son onzième livre intitulé « Faut-tolerant message-passing distributed systems : an  algorithmic approach », publié par Springer (550 pages) , est actuellement sous presse et devrait paraître d’ici septembre 2018.


 

Encore félicitations à Michel Raynal pour cette distinction.

 

 

 

 

[1]  IUF a pour mission de favoriser le développement de la recherche de haut niveau dans les universités et de renforcer l'interdisciplinarité de l’activité scientifique, en poursuivant trois objectifs. 1. Encourager les établissements et les enseignants-chercheurs à l'excellence en matière de recherche. 2.Contribuer à la féminisation du secteur de la recherche. 3. Contribuer à une répartition équilibrée de la recherche universitaire dans le pays, et donc à une politique de maillage scientifique du territoire. http://www.iufrance.fr/

[2]  Academia Europaea est une association européenne non gouvernementale agissant en tant qu'Académie. Les membres sont des scientifiques et des universitaires qui visent collectivement à promouvoir l'apprentissage, l'éducation et la recherche. Elle compte environ 3800 membres, dont des experts en sciences physiques et techniques, en sciences biologiques et en médecine, en mathématiques, en lettres et sciences humaines, en sciences sociales et cognitives, en économie et en droit. http://www.ae-info.org/

[3]  La Société informatique de France (SIF) est un espace de réflexion, de concertation sur les enjeux de l’informatique, et un espace d’action, d’amplification des actions basées sur le travail de la communauté. La SIF vise tout particulièrement à 1. Promouvoir l’informatique, servir et animer sa communauté scientifique et technique 2. Contribuer à la culture des citoyens et à l’enseignement de la discipline à tous les niveaux 3.participer aux réflexions et aux initiatives sur la formation et l’emploi des informaticiens 4. Participer aux débats de société. https://www.societe-informatique-de-france.fr/